Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2021-03-14T15:00:00+01:00

Jeu A qui est-ce ?

Publié par ananas-fait-sa-classe

Voici un jeu coopératif que j'ai crée l'année dernière pour mes élèves de PS - MS et GS. Le but est de ranger les objets par taille.

Ce jeu aillant remporté un franc succès notamment auprès des PS, je me suis dit que j'allais vous le partager.

Règle du jeu

Il n'y a pas vraiment de nombre maximum de joueur à ce jeu, puisqu'il s'agit d'un jeu collaboratif, autrement dit tout le monde gagner ou tout le monde perd. Cela dit pour garder l'entière concentration des élèves, l'idéal est 3 à 6 élèves.

Boucle d'or est placée sur la première pierre (la plus loin de la maison), les objets sont répartis sur la table (soit par type d'objets, soit mélangé).

A tour de rôle, les élèves lancent le dé :

  • C'est un des 3 ours : L'élève concerné doit prendre un des objets de cet ours
  • C'est l'ours en peluche : L'ours est au choix de l'enfant.
  • C'est Boucle d'or : Elle avance d'une pierre

Les joueurs gagnent quand chaque ours a ses 4 objets (lit, chaise, bol, cuillère). Ils perdent si Boucle d'or arrive à la maison avant que tous les ours aient leurs objets.

Matériel

  • Le plateau
Jeu A qui est-ce ?
  • Cartes objets (images prises sur le blog Vivimaternelle)
  • Pions Boucle d'or (image recto-verso accrochée sur un bouchon en liège avec un trombonne
  • Dé personnage
Jeu A qui est-ce ?
Jeu A qui est-ce ?
Jeu A qui est-ce ?

Voir les commentaires

2021-03-08T15:00:00+01:00

Projet : La moufle

Publié par ananas-fait-sa-classe

Je continue sur ma lancé des projets avec le travail que nous avons réalisé autour de La moufle

Pourquoi ?

Une envie, un achat... J'aime bien cet album, les élèves aussi quand nous l'avons lu en décembre dans le cadre des lectures d'hiver. J'ai profité du fond du bas de laine de l'année pour acheter des albums et celui-ci en faisait partie.

Quand ?

L'album a été lu une première fois en décembre et le travail a véritablement commencé en P3.

Comment ? Quoi ?

Voici toutes les activités que j'ai pu réaliser avec mes élèves autour de cet album. Je vous invite à cliquer sur l'image pour mieux voir.

Projet : La moufle

En détail ?

• étape 1 : Théâtralisation de l'histoire

Après l'avoir lu, les élèves ont plusieurs fois raconté l'histoire avec leur personnage : un bol rouge en guise de moufle, une image personnage par enfant et c'est parti ! On n'oublie pas les voix : petite voix pour la souris et le lièvre, le renard parle vite, le sanglier très lentement avec sa grosse voix et l'ours a une très grosse voix.

• Étape 2 : Quelles sont les étapes ?

Je leur ai expliqué que nous allions écrire l'histoire de la moufle pour en faire un livre que chacun pourrait emmener chez lui.

Les élèves devaient identifier les étapes du récit : nous en avons trouvé 8 (arrivée de la moufle, de la souris, du lièvre, du renard, du sanglier, de l'ours, la moufle casse = CRAC et l'ours est tout hébété = QU'EST-CE QUI S'EST PASSÉ ?).

• Étape 3 : Découpage

Les élèves ont découpé les 8 pages blanches du livre et les 2 couvertures rouges (les PS pouvaient ne faire que les rouges).

Attention à ne pas faire la même erreur que moi, j'avais prévu des moufles avec 2 traits : les élèves n'ont donc pas su où découper ce qui a entrainé des erreurs.... :(

• Étape 4 : Écriture

L'écriture s'est faite en 2 temps : 4 étapes par jour. L'écriture s'est déroulée en dictée à l'adulte.

• Étape 5 : Dessin des scènes

Lors d'un atelier autonome, les MS et GS ont dû dessiné chacune des 7 étapes (l'ours hébété a été photocopier de l'album).

•Étape 6 : Remettre dans l'ordre image et texte

Les élèves devaient remettre dans l'ordre leurs images/dessins. Puis nous leur lisions un passage de l'histoire : ils devaient aller à la bonne page pour le coller.

• Étape 7 : Le titre

Les PS ont remis les lettres du titre dans l'ordre, les MS et GS l'ont écrit.

Ce travail est grandement inspiré de Classedeanne.

 

Activités annexes ?

Nous en avons profité pour apprendre à reconnaitre les mots de l'album.

 

Projet : La moufle

Nous avons aussi compté les animaux de la moufle (sans faire de livre à compter).

Pour les PS

Pour les PS

Pour les MS

Pour les MS

Pour les GS

Pour les GS

Nous avons sauté tantôt comme des lapins, tantôt comme des lièvres (sauter proche, sauter loin)

Enfin, nous avons conçu une moufle à raconter. Les élèves ont découpé (décoré pour les PS avec le graphisme en cours = faire des points comme la neige) puis perforé et cousu (avec du raphia) deux grosses moufles rouges (format A4). Ils ont ensuite remis dans l'ordre les 5 animaux et les ont collé sur une bandelette qu'ils ont accroché à la moufle. Il n'y a plus qu'à raconter. Je me suis notamment inspirée des sites L'école d'Alara et classemissviolette.

 

Projet : La moufle
Projet : La moufle

Voir les commentaires

2021-03-03T10:16:27+01:00

Projet : Boucle d'or et les 3 ours

Publié par ananas-fait-sa-classe

Devant l'enthousiasme et l'intérêt de ce "projet" avec mes PS-MS-GS, je me suis dit qu'il serait intéressant de vous partager mon travail autour de Boucle d'or et des 3 ours.

Pourquoi ?

Au tout début, je voulais seulement travailler sur "Classer ou ranger des objets selon un critère de longueur". L'album idéal pour cela était bien évidemment Boucle d'or et les 3 ours, surtout qu'il y avait à l'école la version Oralbum.

Quand ?

Nous avons commencé en Période 2 et continué en Période 3. La partie Art visuelle (construire son masque d'ours) n'a pas encore été réalisée.

Cela dit, ce projet peut être fait n'importe quand.

Comment ? Quoi ?

Voici toutes les activités que j'ai pu réaliser avec mes élèves autour de cet album. Je vous invite à cliquer sur l'image pour mieux voir.

Projet : Boucle d'or et les 3 ours

En détail ?

• étape 1 : Étude de l'album (P2)

Nous avons lu, écouter, raconté sous forme de storyboard l'histoire de Boucle d'or. Les élèves s'en sont ensuite servi pour raconter encore et encore l'histoire.

Voici le storyboard obtenu par les élèves : 

• Étape 2 : On est des ours (P2)

3 élèves devaient venir face aux autres et nous devions déterminer qui serait le papa, la maman et le bébé ours. Évidemment chaque trio terminait l'exercice en grognant comme des ours !

• Étape 3 : Jouons avec notre voix (P2)

En musique, nous jouons avec l'intensité, la hauteur de nos voix. C'est pourquoi, naturellement le grave est devenu la voix de papa ours et l'aigu la voix de bébé ours. Les élèves se sont ainsi entrainés à reconnaitre, choisir et varier les voix et son produits.

• Étape 4 : Le théâtre de marionnette (P2)

Le théâtre de marionnette a fait son apparition dans la classe à ce moment-là. Les plus grands le connaissaient déjà. Les élèves avaient à leur disposition les 4 marottes et jouaient les spectacles à 2 (un pour Boucle d'or, un pour les 3 ours)

• Étape 5 : Et si on jouait Boucle d'or (P3)

Pour la mise en scène, c'est assez simple, il suffit de 3 bols de dinette de taille différente (un saladier, un gros bol et une tasse), de 3 chaises de taille différentes, de 4 tapis de gym (2 pour le lit du papa, 1 pour la maman, et 1 petit de yoga pour le bébé).

J'ai d'abord joué Boucle d'or pour leur montrer un exemple et nous avons cherché quelle voix lui faire -> chantante Puis ils se sont entrainé sur un lot d'objets (lit, bol ou chaise).

Rebelotte la semaine suivante avec les ours. Papa -> Grosse voix grave, maman -> douce, bébé -> aigu et criarde.

Les 4 dernières semaines de la période ont été consacrées aux répétitions : 1 boucle d'or et 3 ours. J'ai également proposé aux parents de filmer les saynètes pour qu'ils puissent les voir ce qui a été accepté à l'unanimité. Les progrès ont été fulgurants du PS qui s'expriment par mot à l'enfant allophone : toutes les phrases et voix ont été faites !

• Étape 6 : Les déguisements (P4)

Je n'ai pas encore de recul sur cette étape, mais je vais proposer aux élèves de trouver des solutions pour créer un masque d'ours : que faut-il comme partie ? quelle forme ? quelle couleur ? Comment voir à travers ? L'attacher pour ne plus le tenir ?

Mes élèves sont habitués à chercher des solutions en fouillant dans le matériel d'art plastique.... A voir s'ils s'emparent du sujet !

Activités annexes ?

Nous en avons profité pour apprendre à reconnaitre les mots de l'album. Pour cela, je me suis servie du travail de Mysticolli (cliquer sur l'image)

cartes vocabulaire boucle d'or et les trois ours

Nous avons aussi comparé les différentes histoires : tiens ce n'est pas toujours de la soupe, ni une assiette, la chaise est parfois trop haute, trop dur, sans cousin... Cela a permis aux élèves de choisir pendant les saynètes jouées ce qu'ils préféraient.

 

Voir les commentaires

2019-01-21T17:00:00+01:00

Deuxième période

Publié par ananas-fait-sa-classe

Pour être complètement franche, je pensais alimenter plus ce blog, mais il faut croire que je manque de temps et d'idées... J'espère pouvoir partager avec vous des projets que je monte avec ma classe, mais je verrai ! En attendant, je vous propose de revenir avec vous sur la seconde période !

Qu'est-ce qui m'a rendu heureuse ?

 

→ Être en classe : oui, je sais, je me répéter, mais j'aime toujours autant mon métier. Deux jours par semaine, je vis mon rêve et je partage énormément de supers moments avec mes élèves !

→ Progresser : je vais de plus en plus vite dans mes préparations, je suis moins souvent à côté de la plaque, je me sens vraiment prof ! C'est vraiment agréable d'enfin sentir que je ne fais pas n'importe quoi et que mes tutrices le remarquent aussi !

→ Noël : Et oui, j'ai certes 22 ans, mais j'aime toujours autant les fêtes de noël. J'adore voir les illuminations, être une "péquenaude" comme dirait ma soeur, décorer le sapin en chantant des chansons de noël, voir toute la famille et passer de supers moments avec elle !

Qu'est-ce qui me rend triste / déprimé ?

→ Le manque de temps : Il y a toujours quelque chose à faire, préparer la classe, une séquence, remplir le LSU, prévoir une sortie, rendre un devoir à l'ESPE, rédiger le mémoire... Se détendre... Hum, non, oublions, on n'a pas le temps, il me reste des photocopies à faire...

→ Ne pas être capable de décrocher : j'ai l'impression de travailler en permanence ou du moins quand je ne travaille pas et que je cherche à faire autre chose, je culpabilise et repense à tout ce que je dois faire, tout ce qui n'a pas marché, tout ce que je dois revoir... Impossible de me sortir la classe de la tête, dès que je me balade je pense à mes élèves, aujourd'hui encore, j'ai vu une sculpture en ville et je l'ai prise en photo parce que nous avions travaillé sur un sujet proche en art plastique ! Je voudrais tellement, rien qu'un jour, penser à autre chose et oublier mon métier...

→ L'ESPE : c'est de plus en plus flagrant, pour avoir un cours utile et intéressant, il en faut 10 autres qui n'apportent rien... Les apports sont bien trop théoriques et éloignés de nos besoins. Les formateurs veulent nous aider, mais ne répondent à aucune question, ne donnent aucune piste... Bref, j'ai l'impression de passer à côté d'occasions pour véritablement me former...

→ Mon petit M : La deuxième période a été particulièrement difficile pour un de mes élèves qui présentent de véritables troubles du comportement et dans les apprentissages... Je dois dire que je me suis sentie démunie et impuissante face à lui. Je ne savais plus quoi faire pour l'aider, et c'est tellement démoralisant de se rendre compte qu'on ne pourra pas aider chacun de nos élèves...

Qu'est-ce qui m'a / me fait peur ?

 

→ La visite de courtoisie : Et oui, on se rapproche de plus en plus de la visite de mon inspectrice... On a beau essayé de nous rassurer, ça reste un énorme "examen" qui va déterminer la suite de ma carrière...  Je sais qu'il n'y a pas de raison pour que mon inspection se déroule mal, mais on ne sait jamais... Comme on dit, il ne suffit que d'un battement d'ailes...

→ Le mémoire : Encore et toujours le mémoire... Pendant les vacances, j'ai dû rédiger quasiment la moitié de mon mémoire et quand je vois tout ce qu'il me reste à faire, je ne sais pas comment faire !

Qu'est-ce que j'ai appris ?

 

→ que je ne pouvais pas aider chaque élève de ma classe.

→ que je pouvais mener un entretien avec des parents seuls et que généralement, les parents ont une vision assez claire de leur enfant en classe, que ensemble on est plus efficace que face à face.

→ que je pouvais lâcher prise, que les élèves étaient capables de faire plein de choses par eux-mêmes.

Qu'est-ce que j'attends avec impatience ?

 

→ Mardi : j'ai hâte de faire ma première sortie solo. Depuis toute petite, je rêve d'aller au planétarium avec ma classe, ce sera chose faite !

→ d'avoir une AESH pour M. et voir si son comportement et son travail s'améliorent avec cette aide !

En une phrase, comment est-ce que je pourrai résumer ?

Fatiguant, mais terriblement magique !

Voir les commentaires

2018-11-21T17:00:00+01:00

Retour sur la toute première période de ma carrière

Publié par ananas-fait-sa-salade

Il me parait important de revenir sur ces sept premières semaines de ma carrière qui sont très loin d'avoir été reposantes ! La deuxième période commence dans deux jours et il me parait intéressant de faire le point sur la première période afin de profiter au mieux de la suite de l'année !

Qu'est-ce qui m'a rendu heureuse ?

 

→ Être en classe, évidemment ! J'attendais ce jour depuis des années et le voilà qui est arrivé !

→ Rencontrer de nouveaux collègues, faire partie d'une véritable communauté : c'est extrêmement appréciable d'être directement intégrée dans un métier, dans une "famille", dès le tout premier jour ! C'est merveilleux comme sensation de se sentir intégrée, même si on débute et que définitivement on connait moins de choses, on est écouté, consulté !

→ Avoir des élèves attachants et géniaux : Dès la première journée, j'ai adoré mes élèves. Bien sûr, certains me tapent parfois sur les nerfs, mais ils sont tous attachants et bons !

→ Être à 5 minutes de la maison : Et oui, quand il est presque 20h et que vous devez rentrer chez vous après une réunion et la correction des cahiers, je bénissais le fait de travailler aussi près de chez moi ! C'est tellement pratique, y compris pour pouvoir passer faire des photocopies en semaine ou voir les collègues !

→ Avoir un nouveau bureau et une bibliothèque : Recevoir et monter mes nouveaux meubles m'a beaucoup plu. Aujourd'hui encore quand je rentre dans mon bureau, j'ai le sourire aux lèvres en les voyant !

Qu'est-ce qui me rend triste / déprimé ?

 

→ Le manque de temps : Je le savais, mais c'est difficile d'avoir l'impression de ne rien faire d'autre que travailler, d'avoir cent cinquante mille choses à faire et d'avoir la sensation que je n'aurais jamais le temps de finir...

→ La visite de ma tutrice : En lisant son compte-rendu, j'ai eu un gros coup de blues et de panique, j'ai eu l'impression de ne rien faire correctement. Heureusement, après une discussion avec ma tutrice qui m'a rassuré et assuré que je faisais du bon boulot, tout est rentré dans l'ordre !

Qu'est-ce qui m'a / me fait peur ?

→ La préparation de la classe : Comme je le disais, il y a tellement de choses à préparer d'une semaine sur l'autre que c'est un perpétuel stress de savoir si oui ou non je vais avoir le temps de tout faire...

→ L'ESPE : Difficile de voir autre chose que sa classe, donc les cours de l'ESPE sont assez angoissant dans le sens où ils sont directement liés à nos pratiques en classe. Régulièrement, j'ai l'impression d'avoir fait le contraire de ce qu'il aurait fallu... Et puis, c'est compliqué de se projeter sur les évaluations... Les dead lines restent floues et comme elles sont liés à ce qui est fait en classe, c'est difficile d'y penser et surtout de trouver des éléments pertinents qui peuvent nous servir...

→ Le mémoire : Et oui, il ne faut pas l'oublier celui-là ! A part le thème de mon mémoire, je ne sais pas vraiment quoi faire... Dire qu'il faut que je ponde le plan d'ici un mois !

Qu'est-ce que j'ai appris ?

 

→ que je peux payer avec ma carte étudiante à la cafet' de l'espe

→ que je dois développer tous les éléments concernant les élèves dans mes fiches de prep et notamment les réponses et conceptions qu'ils peuvent avoir afin de recentrer au mieux la séance sur les apprentissages visés.

→ qu'un CP pouvait vouloir abattre un arbre parce que je cite "il m'a fait un croche-pied" et finalement se réconcilier en allant lui faire un câlin.

Qu'est-ce que j'attends avec impatience ?

 

→ Lundi : j'ai hâte de retrouver mes 26 bouts de choux !

→ de commencer le projet d'anglais que j'ai préparé pendant les vacances : j'espère que les élèves vont aimer et s'investir !

→ Noël : Bin oui, il n'y a pas d'âge pour aimer les fêtes de fin d'année !

En une phrase, comment est-ce que je pourrai résumer ?

Exténuant, mais tellement enrichissant !

Voir les commentaires

2018-11-09T17:00:00+01:00

Mon école, mes collègues, ma classe

Publié par ananas-fait-sa-salade

Pour la première fois de ma carrière, j'ai découvert l'école, la classe et l'équipe avec laquelle j'allais travailler ! Laissez-moi vous racontez mes premiers pas dans le métier !

 

Mon école, mes collègues, ma classe en 5 moments clés

1 - La réunion de présentation

Quelques jours après les résultats du CRPE, nous, les lauréats avons été invités à une réunion de présentation et d'informations sur notre année de PES. Après quasiment deux heures de blabla administratif où je dois bien le dire je n'ai pas tout compris et de présentation de l'ESPE que je connaissais déjà, les responsables de la DSDEN (nos patrons quoi !) nous ont informé qu'ils allaient nous remettre nos affectations. Autant dire que telle la ruée vers l'or, les 100 PES se sont précipités vers la seule personne qui avait les précieux papiers sur lesquels étaient écrit nos écoles !

Après plusieurs minutes de papotage dans la file d'attente, ça a enfin été mon tour. J'ai signé et pris ma feuille : impossible de retenir mon fou rire ! Pour le plus grand plaisir de ma maman, j'ai été nommé dans l'école qui se trouve à cinq minutes à pied de chez mes parents ! Adieux l'appartement tant attendu... Mais bonjour le plaisir de travailler juste à côté de chez soi et d'aller au boulot à pied !

2 - Contacter l'école

Après avoir informé toute ma famille de mon affectation et bien rigolé de la localisation de l'école, j'ai rejoint l'école où je faisais un stage. Comme je suis arrivée pendant la pause méridienne, j'ai décidé de joindre mon école, celle où j'étais affectée ! Qu'est-ce que c'est génial de pouvoir dire ça ! Et oui, à partir du moment où on devient enseignant, on devient extrêmement possessif : tout est à nous !

Enfin bref, l'école ne répondait pas au téléphone... Et là, idée de la directrice que j'aidais : "Tu n'as qu'à chercher le mail de l'école dans l'annuaire des écoles du département" ! Un petit mail et c'est reparti pour le travail ! Bon j'avoue, j'étais légèrement excitée et impatiente donc je regardais assez souvent mes mails... Quand j'ai remarqué que j'avais un appel manqué et un mail de la part de l'école... Heureusement que je faisais attention à mon téléphone, hein ! Donc, complètement fébrile, je décide de rappeler immédiatement : ma binome (comprendre "la personne que je vais compléter") décroche. Je décharge la directrice et je vais avoir un CM1-CM2, c'est certain. Je me doutais déjà du niveau - il était donné à titre indicatif sur l'affectation - mais F. ma binome confirme.

3 - Rencontrer l'équipe

Rapidement, F m'invite à venir à l'école pour la rencontrer elle et le reste de l'équipe. Dès le jeudi, je suis au portail. Première surprise, une des enseignantes ne m'est pas inconnue : ce n'est pas possible, c'est ma maitresse de CM1 ! Je ne sais pas laquelle de nous deux est la plus surprise : sans doute elle, puisque mes parents avaient plaisanté sur le sujet la veille !

A peine arrivée et déjà intégrée, ou presque ! Je dois dire que je me suis sentie toute timide à dire bonjour à tout le monde. Surtout qu'ils avaient organisé une petite fête pour dire au revoir aux enseignants qui partaient... Impressionnant d'arriver dans une équipe où tout le monde se connait !

  4- Préparer la rentrée... pendant les vacances

Première discussion sur l'école le jeudi. Le samedi, je retourne à l'école pour continuer à discuter de l'année à venir. C'est énorme le nombre de choses auxquelles il faut penser, tout ce qu'il va falloir faire, prévoir, préparer... Je ne sais déjà plus ou donner de la tête. Cela dit, F a l'habitude d'avoir un.e PES avec elle, donc elle sait aider et conseiller !

Deux mois, c'est long et court... De nombreux mails sont échangés, des séquences préparées pendant de longues heures... Difficile d'imaginer qu'il va falloir préparer d'autres séquences, corriger les cahiers et gérer le quotidien ! Tout prend tellement de temps : comment être efficace !

  5- La rentrée arrive

Avec une dernière semaine difficile et une pré-rentrée non faite pour raison familiale, c'est déjà la rentrée. Je ne sais pas comment définir ce que je ressentais. D'une certaine manière, j'étais impatiente de commencer, de rencontrer mes élèves, de sauter dans le grand bain. Mais de l'autre j'avais peur de me noyer, d'être submergée ! Difficile d'appréhender sereinement la rentrée...

Et le grand jour est arrivé ! Je n'étais pas prête, mais à l'instant où je me suis dit "c'est parti !" et que je suis allée dans la cour accueillir les parents et les enfants, je me suis sentie à ma  place, heureuse et confiante ! La journée c'est super bien déroulée, même si le soir, j'étais à ramasser à la petite cuillère ! Je ne crois pas avoir déjà été aussi fatiguée qu'en rentrant après ces deux premières jours de classe !

 

 

Voir les commentaires

2018-11-02T17:00:00+01:00

L'admission : le jour tant attendu !

Publié par ananas-fait-sa-salade

Il y a bien longtemps que je souhaitais écrire cet article, mais le temps passe vite et me voici déjà à la fin de la première période ! Je vais quand même prendre le temps de revenir sur ce jour qui - je dois le dire - à changer ma vie !

L'admission en 5 étapes

1 - Attendre, attendre, attendre et paniquer

J'étais persuadée qu'une fois les oraux passés, j'allais tranquillement patienter jusqu'au jour des résultats, mais il s'est passé totalement autre chose. N'étant pas particulièrement satisfaite de mon deuxième oral, j'ai commencé à ressasser encore et encore mes réponses, mes exposés, les remarques du jury... Au bout de deux jours, j'étais quasiment persuadée que j'avais fait n'importe quoi !

Heureusement, je savais que j'aurais besoin de m'occuper et donc je retourne aider dans l'école où je vais depuis des années ! Même si je fais surtout de l'administratif avec la directrice, j'arrête de penser CRPE entre 9h et 20h !

 

2 - Le jour j : actualisation en cours

Arrive enfin le jour j : le mercredi 27 juin... On ne sait pas vraiment à quelle heure les résultats seront publiés, mais en se basant sur l'admissibilité, ce devrait être entre midi et deux heures ! Je suis bien occupée à l'école, toute la matinée j'ai des choses à faire, le midi aussi... Je prends tout de même le temps de regarder sur l'ordinateur de la directrice si les résultats sont publiés avant d'aller assister à une réunion sur le projet d'école... Je vais sur le site de l'académie... Tiens un message d'erreur ! Mon coeur s'emballe, je réactualise et la page s'affiche...

 

3 - Mais c'est mon nom !

Toutes les lettres de l'alphabet avec les noms des admis... Je vérifie le nom d'une amie, je suis sure que c'est la bonne année... Je vais voir à la lettre de mon nom de famille... Je suis au bord de l'euphorie ou de la folie... Je tremble, mon coeur bat à tout rompre... Mon nom apparaît : j'ai réussi ! Je suis officiellement maitresse ! Le classement est sur la même ligne : 34e ! Je sais que je serais dans le département que je visais ! Petit cri de joie ! J'ai l'impression d'être renversée par un tsunami, tout le stress accumulé retombe ! Mon rêve vient de se réaliser !

 

4 - Les félicitations

Mon cri de joie n'est pas tout à fait passer inaperçu et les enseignants de l'école viennent me féliciter ! En 10 secondes, je suis devenue leur collègue. Je ne travaillerai pas dans leur école, mais à ce moment-là je suis devenue enseignante comme eux !  6 ans que je viens les aider en fin d'année, qu'ils me donnent des conseils, des pistes, sans même sans rendre compte ! C'est merveilleux de vivre ce moment avec eux !

Il faut prévenir la famille maintenant, papa, maman, ma sœur, ma tante ! Tous ont le droit à leur coup de téléphone ! Des félicitations qui se terminent toutes par : " en même temps, je savais bien que tu l'aurais" ! A croire que j'étais la seule à douter ! Puis, on évoque les notes que je suis allée voir au moment où je composais le premier numéro de téléphone ! Heureuse des notes que j'ai obtenu surtout pour le dossier : 60/60 pour mes petits escargots ! Je suis tellement fière de moi à ce moment ! Arrive aussi la petite blague de sur mon affectation : devrais-je rester chez mes parents ?

 

5 - Ce n'est pas terminé : où vais-je enseigner ?

Le soir, une fois rentrée à la maison, un mail m'attend pour m'expliquer la démarche à suivre pour faire mes vœux par rapport à mon école de rattachement. Je vais devoir classer les cinq zones du département suivant mes préférences. Les zones sont immenses, difficile de savoir ce qui est le mieux... Hop, c'est fait ! Espérons que mon école ne sera pas trop loin de l'ESPE !

Voir les commentaires

2018-07-11T15:00:00+02:00

L'oral 2 : Entretien à partir d'un dossier

Publié par ananas-fait-sa-salade

Mon second oral commence un peu à dater, mais j'avoue que je n'ai pas eu beaucoup de temps ces dernières semaines. Je ne vais pas me plaindre, mais les stages en école, c'est prenant ! Cependant, me voilà définitivement en vacances, donc c'est parti pour vous racontez cette seconde épreuve.

Avant de commencer, encore une petite précision pour ceux qui ne maitrisent pas encore les épreuves du CRPE : l'oral 2, malgré son nom barbare, correspond simplement aux épreuves d'EPS et de CSE, autrement dit "éducation physique et sportive" et "connaissance du système éducatif".

L'oral Entretien à partir d'un dossier en 5 étapes

1 - Aller en cours

Sans faire autant de zèle que notre éponge préférée, il est super important d'aller en cours quand on a la chance d'être à l'ESPE. Personnellement, j'ai assisté à tous les cours, même quand je préférais être ailleurs, tout simplement parce que écouter les autres faire des exposés, prendre des notes, poser des questions... permet d'apprendre !

En CSE, les cours étaient composés d'exposés que chacun présentait. Je vous conseille vraiment de traiter tous les sujets ! Comme ça, vous balayez une bonne partie des thèmes et vous pouvez comparer ce que vous avez fait à ce que les autres ont fait. Profitez aussi des questions pour vérifier que vous êtes capables d'y répondre ! Dans tous les cas, que ce soit en EPS, comme en CSE, les cours sont des mines d'or d'idées et de pistes pour nos entretiens !

2 - Potasser

Il n'y a pas de secret, il y a énormément d'éléments à apprendre par cœur en EPS, comme en CSE. Ayant fait beaucoup de sujets lors des cours, j'ai profité des dernières semaines pour revoir tous les éléments que je ne maitrisais pas encore, vous savez tous ces petits détails à la c** qui sont pourtant super important. J'ai aussi relu les programmes et appris ceux d'EPS...

Le plus paradoxal, c'est que plus j'avançais dans le temps, moins j'avais l'impression de connaitre de choses... Cela dit, je pense qu'il faut arriver à relativiser, parce qu'il y a tellement de choses à savoir, que c'est impossible de tout savoir. Ce qui compte surtout, c'est d'être capable de rebondir et de faire allusion à tout ce que tu as pu voir et lire, tout ce qui fait que tu seras une super prof dans les clous !

3 - Survivre aux 3h de préparation

Trois heures, c'est très long et super court quand tu dois préparer deux oraux... Tout d'abord,  lire les sujets, jurer parce que bien sûr, ce ne sont pas ses thèmes de prédilection, puis rédaction du plan et remplissage des feuilles de brouillon.

C'est parti pour l'EPS... Je n'étais pas franchement inspirée, mais j'ai quand même fini par trouver quelque chose... Intense concentration, quand le ciel explose... Sans jeu de mot : un déluge s'est abattu sur les fenêtres et le tonnerre grondait au dessus de nos têtes ! Difficile de s'entendre réfléchir, mais de toute façon, il n'y a pas le choix. Alors, c'est reparti !

Même chose pour le CSE, les pages se rédigent toutes seules ! Je comprends alors l'importance d'avoir fait autant de stages, d'avoir posé autant de questions parce que j'ai plein d'exemples à donner ! Juste une petite pause, le temps d'observer les autres candidats qui arrivent dans la salle, puis on reprend le crayon et hop, tout est rédigé... Encore une 45 minutes, ce qui signifie que je peux m'entrainer plusieurs fois et même aller au toilette avant l'épreuve : le luxe de ne pas avoir à choisir !

 

4 - L'EPS et ses questions

La préparation est terminée, on nous fait sortir de la salle. Dehors, un membre de chaque jury nous attend. Chacun appelle son candidat. Ça y est, c'est moi ! Petit papotage le temps que l'on rejoigne la salle. Je m'installe. Ils se présentent : une inspectrice et un conseillé pédagogique, spécialisé... en EPS (zut et re-zut !). C'est parti pour 10 minutes de présentation pour répondre à la problématique d'élèves qui ne parviennent à se produire devant les autres en danse. Pfiou 9 minutes 45 : parfait ! Les questions maintenant... D'abord sur la situation, puis sur l'EPS en général... Les 20 minutes sont déjà terminés ! Tu as le cerveau en compote, mais ce n'est pas fini...

5 - Le CSE et ses questions

Respire un bon coup et hop on reprend sur l'hétérogénéité ! 15 minutes d'exposé, mais arrivée à 13 minutes je n'ai plus rien à dire, tant pis... Go pour 30 minutes de questions. Une discussion s'engage... Il y a toujours des questions, mais ça ressemble plus à une demande d'informations qu'à véritablement une évaluation de tes connaissances... Le stress n'est cependant jamais très loin, et plusieurs questions te font douter. Quelques rires après un lapsus... Le cerveau commence à galérer, il ne sait plus ce qu'il doit dire... Il est temps que l'entretien se termine, les confusions s'enchainent, mais heureusement, il est possible de se rattraper à chaque fois, car systématiquement, tu comprends que ton cerveau te fait des farces ! Le jury t'annonce alors que c'est terminé et te remercie. Tu ranges tes affaires, remercie et salue le jury avant de sortir et de souffler : c'est fini, les dés sont jetés !

Voir les commentaires

2018-06-06T16:00:00+02:00

L'oral 1 : Mise en situation professionnelle

Publié par ananas-fait-sa-salade

Ayant passée la semaine dernière le premier oral du CRPE, je me suis dit que ce serait sympa de revenir sur les épreuves d'admission et de vous racontez un peu toutes les étapes qu'il y a avant d'arriver devant ce jury de deux personnes et de stresser comme vous n'avez encore jamais stresser !

Avant de commencer ce récit épique - ou pas - je vais redonner le contexte : le CRPE est composé de deux séries d'épreuves : les épreuves d'admissibilités, autrement dit les écrits donc les fameuses épreuves de 4h de math et de français qui se déroulent vers le mois d'avril. À la fin du mois, on découvre si oui ou non, on est admissible. Si oui, tu accèdes à l'étape suivante, les épreuves d'admission, sinon, tu découvres tes notes et le seuil d'admissibilité, autrement dit, la moyenne du dernier admissible. Quant aux épreuves d'admission, elles sont au nombre de deux : la mise en situation professionnelle dans un domaine au choix du candidat et l'entretien à partir d'un dossier ; épreuves communément nommées respectivement : oral 1 et oral 2 ou encore dossier et EPS/CSE.

Voilà, maintenant que vous savez tout sur le CRPE, je vous laisse découvrir mon périple pour l'oral 1.

L'oral de Mise en situation professionnelle en 5 étapes

1 - Choisir sa discipline

Lors de son inscription au concours, qui a lieu en..... Bah en fait, mon cerveau a complètement réinitialisé cette période, donc je ne m'en souviens plus, mais ce devait être vers octobre/novembre. Enfin bref, donc quand tu t'inscris au concours, tu dois remplir tout un tas de cases avec ton nom, ta date de naissance, tes préférences géographiques pour quand que tu seras PES et... la discipline pour ton dossier. Tu as alors le choix entre les sciences et technologies, l'histoire, la géographie, l'EMC, l'histoire des arts, les arts visuels et la musique.

Si j'ai un conseil : prends la discipline que tu préfères, celle où tu as le plus de connaissances, car ce qu'on ne te dit pas lors de l'inscription, c'est que ton dossier, tu ne vas plus pouvoir le voir en peinture tellement que tu l'auras travaillé ! Et puis, accessoirement, ça te fera moins de connaissances scientifiques et de questionnements à se poser si tu as déjà un bon niveau dans la discipline. Tu peux aussi prendre en compte le nombre de dossier dans chaque discipline. Les arts (plastiques, musiques et histoire des arts) sont très peu pris, par contre, il y a beaucoup de dossiers scientifiques et d'EMC à être présentés. Une discipline peu choisie a donc moins de chance d'être redondante pour les jurys...

Pour ma part, j'ai choisi les sciences, parce que bah... parce que c'est comme ça, et puis voilà ! Et qu'accessoirement, les arts et moi, ça fait 15 et que l'histoire, la géographie, c'est pas mieux et que l'EMC c'est un poil glissant quand tu ne maitrises pas ton truc...

2 - Choisir son sujet et sa classe

Cette étape est à la fois simple et compliquée. Simple quand tu as déjà une idée d'un sujet et d'un niveau de classe qui t'intéressent. Compliquée quand tu ne sais pas ce qu'il y a dans les programmes ou que tu ne connais pas vraiment les niveaux des élèves...

Pour ma part, je n'avais pas vraiment d'idée, mais le cycle 1 me tentait pas mal et puis, les profs n'arrêtaient pas de nous répéter que personne ne prenait jamais le cycle 1 (la maternelle pour les non-initiés). Résultats rien qu'en SVT, on était 9 au cycle 1 sur une petite vingtaine de personnes.... Là dessus, il faut encore choisir le niveau. Franchement, prenez celui que vous connaissez le plus ou juste qui vous attire le plus. Perso, j'ai choisi la petite section, alors que je n'y connaissais rien, mais au moins, j'ai appris plein de choses sur les 3 ans et leurs capacités ! Bon, j'avoue que c'est aussi un choix stratégique : personne, PERSONNE ne prend jamais les PS. Dans les cycles 1, les GS sont majoritaires avec les MS...

Donc voilà, une fois le cycle choisi, c'est le moment de se plonger dans les programmes pour trouver un point à travailler avec nos élèves fictifs - Bin oui, car à moins d'être en M2 étudiant et donc en stage filée, ta séquence sera fictive... Encore une fois, prenez le thème qui vous inspire le plus : vous allez passer un temps considérable sur ce dossier, donc autant prendre un truc qui nous captive. Moi, j'ai choisi de faire un élevage, et après plusieurs semaines d'intense réflexion (ou pas), j'ai arrêté ma décision sur les escargots, parce que... parce que... Bin c'est trop cool !

3 - Construire sa séquence pédagogique

Suivant les disciplines, cette étape et la suivante sont parfois inversées. Je sais qu'en sciences, on a dû commencer par construire notre séquence, alors qu'en histoire ou en géographie, les formateurs ont demandé de d'abord faire la partie scientifique... Personnellement, je trouve ça plus logique de construire la séquence, tout en se renseignant à côté sur les spécificités du niveau choisi, sur les pièges de la notion travaillée, etc... plutôt que de chercher tout et n'importe quoi sur sa discipline et son sujet, sans savoir comment on va l'aborder en classe... Mais ça ce n'est que mon avis :)

En tout cas, à ce stade de la construction de ton dossier, éduscol et la main à la pâte (pour les sciences) sont tes meilleurs amis. Ce sont des mines de ressources, d'idées, de précisions sur les programmes ! Mais internet en général est une mine d'or ! Ainsi que ton instinct, ne l'oublions pas, car bien que fictive, tu vas devoir convaincre ton jury que cette séquence est géniale, donc que demain, tu peux la mettre en place en classe. Il faut donc construire ta séquence à ton image !

Personnellement, malgré pas mal d'insomnies et d'attaques d'escargots nocturnes, je n'ai pas eu beaucoup de mal à la construire. Les étapes étaient claires dans ma tête, bien qu'assez obsédantes ! Cela dit, je suis revenue dessus plusieurs dizaines de fois en changeant parfois radicalement certaines séances ! Les conseils des profs, les discussions avec d'autres candidats ayant des thèmes assez proches ou encore les PEMF sont aussi très utiles pour faire évoluer sa séquence et l'adapter au mieux pour les élèves. Le must, c'est de la tester en classe lors de tes stages, mais ce n'est pas forcément possible... N'ayant pas eu de stages en PS, je n'ai pas pu la tester, mais au dire d'une PEMF de PS, ma séquence est quand même très adaptée pour ce niveau !

4 - Rédiger la partie scientifique et mettre en forme le dossier

Une fois que ta séquence est ok, disons au alentour de février, après 4 mois à t'arracher les cheveux dessus, tu attaques la première partie du dossier : la partie scientifique. Grosso modo, cette partie doit regrouper toutes les connaissances que doit avoir l'enseignant pour réaliser cette séquence. Cela passe par les savoirs scientifiques (que dois-je savoir sur l'escargot), les connaissances sur les élèves (un PS, à quoi ça ressemble ?), aux obstacles liés à la notion travaillée (quelles difficultés pour mes élèves ?), les dispositifs les plus efficaces (travail de groupe ? socio-constructivisme ? débat ?), etc... Bref, cette partie change radicalement d'un dossier à l'autre et est là principalement pour justifier tes choix par rapport à la construction de ta séquence.

Tu rédiges le tout, rassemble tout dans un même document open office (ou word, hein, ce n'est pas le problème !) pour finalement découvrir que tu as 15 pages. Et là, ton monde s'effondre, car tu vas devoir retirer des trucs, puisque sur les consignes de ton académie, tu as (du moins pour la mienne) :

Autrement dit, impossible de tricher ! Dans mon cas, je n'étais pas si loin des 10 pages, tout simplement parce que j'avais tablé sur 5/6 pages pour ma séquence et que je m'étais arrangée pour que la partie scientifique n'en fasse que 4... Mais n'empêche que quand tu as trois pauvres lignes qui sont sur la 11ème page, tu t'énerves légèrement ! Tu en es presque réduit à chercher des mots plus courts pour gagner une ligne... En tout cas, je n'ai jamais autant cherché à jouer sur les photos, les tableaux...

5 - Envoi du dossier et oral

Saches qu'il ne faut pas attendre les résultats des écrits pour finaliser ton dossier. Dans mon académie entre les résultats et la date limite d'envoi des dossiers (en trois exemplaires), il y avait 5 jours dont un samedi, un dimanche et un jour férié pouvant être accompagné d'un pont, où la poste ne travaille pas forcément...

Et pour information, ça ne sert à rien de paniquer quand on vous dit à la poste : "En recommandé simple, donc pas d'accusé de réception ?!". Personnellement, j'ai eu une monté de stress, car ce n'était pas indiqué dans la feuille des consignes... Donc quand la postière a "gentiment" rigolé en m'informant que recommandé simple signifiait pas d'accusé de réception, j'aurai eu l'air moins bête...

Environ deux semaines avant le début des oraux, tu reçois ta convocation et commence vraiment à flipper, car tu n'as pas encore commencé à préparer ton oral où tu n'auras que ton dossier avec toi. Mais finalement, c'est plus simple que prévu. Encore une fois, les profs savent comment mettre ton dossier en avant et du coup, c'est ma prof qui m'a donné le plan de mon exposé... Il ne me restait plus qu'à tout faire rentrer en 20 minutes top chrono.

Et voilà que, quelques oraux blancs plus tard, c'est déjà le jour J. Je passai en dernière à 16h15, donc autant dire que j'ai été un peu sur les nerfs toute la journée ! Heureusement, mon papa voulait assister à mon oral - "juste pour voir comment c'est, et puis comme ça je pourrai te ramener après !" - du coup, avant on a pu discuter et déstresser un peu...

On émarge et on attend que l'un des deux membres du jury vienne te chercher pour te conduire avec tes "auditeurs" - non mais franchement, c'est la classe d'avoir des auditeurs ! - dans la salle de l'oral. L'inspecteur se présente puis le deuxième membre, qui est souvent un CPC et ton exposé commence. Le jury enchaine alors avec une cascade de questions en tout genre pendant 40 minutes.

Pour ma part, j'ai beaucoup apprécié passer cet oral, car je l'ai trouvé constructif. L'entretien se rapprochait plus d'une discussion avec un jury bienveillant qui a su me pousser au bout de mes réflexions.

Il n'y a plus qu'à revivre encore une centaine de fois l'oral dans sa tête pour en décortiquer tous les éléments et paniquer jusqu'au 20 juin car définitivement, j'aurai mieux dû dire "l'escargot" plutôt que "un escargot"...

 

Voir les commentaires

2018-05-30T16:00:00+02:00

L'admissibilité

Publié par ananas-fait-sa-salade

Je vous ai déjà raconté le passage du CRPE, ou du moins des écrits, mais ce que je ne savais pas, c'est que ce n'est pas le pire... Toute naïve, je me disais, c'est bon, tu rends ta copie et plus de stress, y'a point S ! Mais en fait, pas du tout, pendant 17 jours tu paniques et imagines tous les scénarios possibles : une de tes copies s'est perdue ; tu as une note éliminatoire ; tu perds tous les points en orthographe parce que tu as écrit "maenestrel" au lieu de "ménestrel"... Mais heureusement le 27 avril arrive enfin !

Les résultats des écrits en 5 moments clés

1 - Le site qui bugue

Bien évidemment, les résultats étaient annoncés pour le 27 avril, mais sans aucune précision sur l'heure, ce qui oblige à rester le doigt sur la touche F5 en permanence. Bon, en fait, j'avoue que je n'ai allumé l'ordinateur que vers 11h45, me disant qu'il y avait peu de chance pour que ce soit publier le matin. Et là, erreur sur le site !!! Dès que je clique sur le lien, un message du style "Trop de monde cherche à accéder à la page, veuillez réessayer dans 5 minutes" apparait. Rhhoo mais c'est pas vrai ! En même temps, tu m'étonnes, si les 3000 inscrits cliquaient en permanence, ça devait en faire du monde !

2 - L'ouverture du lien

Pensant que les résultats seraient plutôt publiés vers 14h, je ne réactualise la page que vers 12h30 et là, surprise, le lien s'active et  j'atterris sur une page avec toutes les lettres de l'alphabet... Le stress monte, les mains tremblent, j'hésite... Et si mon nom n'était pas dans la liste ? Et si en fait ce n'est pas les résultats de 2018, mais ceux de l'année dernier ? Et si .... Qu'à cela ne tienne, je clique sur les C et découvre le nom d'une de mes camarades de classe dont j'étais certaine qu'elle l'aurait... C'est la bonne liste ! Prête ?

3 - Où est mon nom ?

Allez, c'est parti ! Je clique sur le R. Commence à faire défiler... Panique de plus en plus au fur et à mesure que je me rapproche de mon nom de famille... Et vois mon nom de famille, suivi de mon prénom, de mon deuxième prénom et de mon troisième ! C'est bon, c'est bien moi. Pas de doute possible ! Je sais déjà que je vais aux oraux, mais je ne peux pas m'empêcher de lire et relire et rerelire et rererelire la mention : ADMISSIBLE !

4 - Le soulagement le plus total

À ce moment-là, toute la pression emmagasinée retombe... Tu réalises tout doucement que la première étape est passée... Je ne sais pas trop comment m'expliquer, mais j'ai eu l'impression d'être un glaçon en plein soleil... C'est extrêmement étrange, mais ça fait tellement du bien. Une fois que tes mains ne tremblent plus, que ton père est aussi redescendu de son euphorie (pas sure d'avoir été la plus stressée pendant l'attente des résultats), tu entames ta tournée des SMS et coups de fil pour annoncer à tout le monde la bonne nouvelle et ne le nions pas, pour aussi te faire un peu mousser....

5 - La réalité qui te rattrape

Tu discutes donc tranquillement avec ta tante quand tout à coup, elle te dit : "mais alors, c'est quand les oraux ?" Et là, ton nuage s'écrase, tu passes à travers, tu perds tes ailes, bref, retour sur terre... Et oui, ce n'était que les écrits, il reste encore le plus dur à faire : les oraux ! M. Stress est déjà de retour à doucement te susurrer à l'oreille que dans un mois et demi tout sera joué et que tu dois encore apprendre beaucoup, beaucoup, BEAUCOUP de choses si tu veux être prête... Allez au travail !

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog